Rencontre interactive : médias et droit d’accès des mineurs usagers de drogues à la santé publique

Rencontre interactive

Rencontre interactive sous le thème « Le rôle des médias dans la promotion du droit d’accès des mineurs usagers de drogues aux services de santé publique »

Dans le cadre de sa stratégie de plaidoyer, mise en œuvre avec l’appui de l’association Casal dels Infants, l’association Hasnouna/AHSUD a organisé une rencontre interactive avec les acteurs médiatiques locaux (classiques et sociaux). Elle s’est tenue le 03 juin 2021 à la Maison de Presse de Tanger sous le thème « Le rôle des médias dans la promotion d’accès des mineurs usagers de drogues aux services de santé publique »

Cette rencontre, présidée par Mme Faozia Bouzzaytoune, Directrice de l’Ahsud , a rapproché les acteurs médiatiques et les a sensibilisés aux problématiques réelles qui entravent l’accès des mineurs à la santé publique et qui restent liées à un certain nombre de dispositifs de soins sociaux et de politiques publiques de santé limités.

La rencontre a offert l’opportunité de discuter des pistes de collaboration entre l’association et les acteurs médiatiques présents en tant que partenaires principaux dans le changement permettant de créer un débat autour cette question essentielle et d’ouvrir la voie à un meilleur accès de soin pour les mineurs usagers de drogue.

Dans ce contexte, des recommandations ont été formulées selon les points suivants :

1 – La nécessité de passer d’un traitement pénal à un traitement sanitaire et social basé sur la charte des droits de l’Homme, les mesures légales envers les usagers doivent être centrées sur l’accès aux soins et aux aides dont les usagers peuvent avoir besoin, et non sur la stigmatisation, la punition et la contrainte ;

2 – Mettre en œuvre une politique de prévention qui tienne compte des réalités du terrain et pas uniquement basée sur les objectifs politiques à court et moyen terme contre les lobbies de la drogue ;

3 – La nécessité que les associations qui accompagnent cette population précaire collent au plus près à la définition des politiques publiques grâce aux multiples conférences de territoire et les différents dispositifs mis en place par les services de santé de l’Etat ;


4 – Le développement des passerelles permettant l’accès aux soins pour les personnes en situation de sur-exclusion ou de sur-stigmatisation (les filles mineures, les femmes, les personnes sortant de prison ;

5- La vulgarisation et le partage des données et des problématiques identifiées par l’association Ahsud à travers ses interventions du terrain et la prise en charge des mineurs consommateurs de drogues, avec les organisations syndicales, les organisations de défense des droits humains, les parties politiques et le Conseil National des Droits de l’Homme( CNDH) ;

6- La nécessité d’impliquer le corps judiciaire à travers l’organisation des conférences autour de la problématique.