Vidéoconférence : « Effets psychologiques du confinement sur la population générale et sur les collectifs les plus vulnérables »

vidéoconférence3

Dans le cadre des activités de plateforme kalimat la troisième vidéoconférence a été organisée le samedi 16 MAI 2020 à 13h00, animée par le psychologue clinicien M. Abdelkarim El Mkadem et facilitée par M. Ayoub Timgicht responsable du Guichet communautaire Ahsud –Projet kalimat.

La vidéoconférence a traité comme sujet les effets psychologiques du confinement sur la population générale et sur les populations les plus vulnérables de manière spécifique.

La rencontre s’est déroulée à travers les questions suivantes :

  • Quels sont les effets psychologiques qui apparaissent pendant la période de confinement ?
  • Quelles sont les solutions suggérées pour surmonter cette période ?
  • Quel est le rôle de la société civile dans la période de confinement ?

Au court de son intervention le psychologue a précisé que, le confinement est une stratégie de protection dans le but de préserver la sécurité des individus et de l’état, Pendant la période de confinement la séparation sociale est l’une des nécessités qui contribuent à protéger la santé des individus.

Bien qu’il soit accompagné d’un ensemble de procédures qui peuvent parfois apparaître aux citoyens et citoyennes comme une forme de restriction des libertés des individus. Autant que la situation économique fragile d’une grande partie de la société ne permet pas ni n’est conforme aux procédures de confinement, du fait qu’ils sont obligés de travailler et de se déplacer pour répondre aux besoins essentiels de leur famille ;

Il a ajouté également la question du chômage et de l’interruption obligatoire du travail, bien que l’État ait approuvé un ensemble d’indemnisations, mais il n’est pas suffisant pour répondre aux besoins immédiats des gens en plus des procédures qui prennent beaucoup de temps ;

Également, Les personnes marginalisées n’ont pas suffisamment d’informations et de moyens de protection pour s’armer contre la maladie ;

Tout cela crée un sentiment de peur chez les personnes qui peut évoluer en dépression et d’autres Troubles psychologiques qui affectent la santé physique de la population générale et de la population en situation vénérable spécifiquement.

Il a insisté sur la nécessité d’assurer un appui psychologique aux populations les plus vulnérables et d’adapter les interventions au nouveau contexte de COVID19, sachant que l’aspect ne doit pas être traité séparément des aspectes économique et sociaux

Cette intervention a incité les participants à partager leurs points de vu, la discussion a fait ressortir les éléments suivants :

Les femmes font partie dans la population qui souffre psychologiquement car le taux de violence contre les femmes a augmenté pendant la période de confinement ce qu’accroît la gravité des problèmes rencontrés par les femmes.

La période de confinement à renforcer la domination masculine, certaines considèrent que rester à la maison est une tache particulière pour les femmes, ce point exacerbe les problèmes et les pressions psychologiques de certains hommes.

Malgré la nécessite d’assurer l’appui psychologique aux populations vulnérables les associations qui travaillent avec ces populations n’ont pas les moyens et les ressources pour répondre à leurs besoins de base sachant qu’ils sont dans une vulnérabilité extrême et ne bénéficient d’aucune sécurité sociale (UDI, Maman célibataires, enfants en situation de rue…).

Des politiques sociales à long terme doivent être développées pour les populations en situation vénérable.

L’élaboration des politiques sociaux basés sur les crises n’apporte pas des réponses aux problèmes des populations vulnérables, même pour la population générale ça reste des solutions temporaires

L’interaction des participants était riche, après ces discussions un mot de remerciement de l’animateur et des participants/tes a été prononcé par le facilitateur avant de clôturer.